🇧🇿 J181 et 182 : ATM cave Ă  San Ignacio, l’aventure digne d’Indiana Jones

On se met en route pour San Ignacio, pour de vrai cette fois. Sur le bateau allant de Caye Caulker a Belize city, on retrouve la chĂ©rie de Steve (le patron du restau du mĂŞme nom) et son bĂ©bĂ©. On papote et on se rend compte que nous allons tous au mĂŞme endroit, du coup on partagera le taxi puis elle nous emmènera directement dans le bon bus, le luxe ! On se retrouve donc dans un bus plein a craquer de locaux, Ă  Ă©couter le best of de Bob Marley pendant tout le voyage : très clichĂ©, mais au Belize, ca met tout le monde d’accord. Certains vont mĂŞme pousser la chansonnette !

ArrivĂ©s a San Ignacio, on file a notre guesthouse J & R, ou on sera super bien reçus et surtout bien conseillĂ©s sur les activitĂ©s et sur comment se rendre le lendemain jusqu’Ă  Flores au Guatemala. On se rend illico a Mayawalk, une compagnie de renom qui propose les tours pour la ATM cave et que j’avais repĂ©rĂ© sur des blogs. On booke notre tour pour le lendemain, on rĂ©serve nos chaussures de prĂŞt et on pose toutes nos questions sur cette randonnĂ©e qui s’annonce incroyable. Cette caverne est classĂ©e aujourd’hui n°1 par National Geographic, elle a servi entre 820 et 900 de haut lieu de sacrifices aux dieux Mayas. Elle a Ă©tĂ© laissĂ©e telle quelle par les archĂ©ologues qui souhaitent conserver le site intact, et elle est aujourd’hui ouverte au public, sous rĂ©serve de la visiter avec un guide.

On mange un bout dans un resto typiquement bĂ©lizĂ©en, le Cenaidas, et on y retrouve 2 copains qu’on avait rencontrĂ© a Caye Caulker, et la bonne nouvelle c’est qu’ils font la mĂŞme excursion que nous le lendemain ! On se couche tĂ´t, rdv 6h45…

Ça y est, on est prĂŞts pour la ATM cave. VĂŞtements qui vont finir trempĂ©s, chaussettes, bouteille d’eau, en-cas… on a tout! On rencontre Hugh notre guide, qui nous briefe dans le bus. Pas d’appareils photos, go-pro, etc. depuis qu’un idiot a fait tomber son appareil sur un crâne d’une valeur inestimable. OK, on gardera nos souvenirs dans la tĂŞte. ArrivĂ©s sur place après 1h30 de route assez cabossĂ©e, tout le monde se prĂ©pare et on s’enfonce dans la jungle. Au bout de 2 minutes de marche, première surprise: il va falloir traverser une rivière qui m’arrive jusqu’au cou… Ca rafraĂ®chit! En chemin, Hugh nous explique tout sur la civilisation maya qui occupait la partie centrale, entre Guatemala, Belize et Mexique. Il sait tout, nous Ă©claire vraiment sur le sujet, on ne voit pas passer les 2 km et les 2 autres rivières a traverser.

On arrive enfin a l’entrĂ©e de la caverne. Casques et lampes vissĂ©s sur la tĂŞte, c’est le moment de se lancer dans la rivière qui sort de la caverne et de nager jusqu’Ă  l’entrĂ©e : premières sensations d’explorateurs garanties ! S’en suivent des passages Ă©troits, des chauves souris, des stalactites incroyables, on traverse encore des cours d’eau, on escalade… Des groupes nous doublent, car Hugh prend le temps de tout nous expliquer, des civilisations Mayas aux formations geleologiques de la caverne.

On s’enfonce de plus en plus, jusqu’Ă  un endroit oĂą il n’y a littĂ©ralement plus de lumière. Ca devient vraiment impressionnant. Vient le moment oĂą on monte dans ce qu’ils appellent la « dry chamber », lĂ  oĂą sont rassemblĂ©s sacrifices et offrandes. Pour ne pas abĂ®mer le site, nous devons retirer nos chaussures et continuer la visite en chaussettes. Et lĂ  , ça devient encore plus incroyable. On se retrouve littĂ©ralement au milieu des offrandes Mayas, en situation, rien n’a Ă©tĂ© enlevĂ© ou modifiĂ©. A cette pĂ©riode, les Mayas manquaient beaucoup d’eau et ont utilisĂ© ce lieu, considĂ©rĂ© comme une connexion avec l’infra-monde, pour faire des offrandes et sacrifices au dieu de la pluie, Chaac. On voit des ossements d’adultes, d’enfants, et on apprend que ces sacrifiĂ©s Ă©taient des personnes de la haute sociĂ©tĂ©, car ils ont tous subi des modifications crâniennes. Ce qu’en dĂ©duisent les archĂ©ologues, c’est que les temps Ă©taient très durs. Et nous, on se promène au milieu de ce site incroyable et on en prend plein les mirettes. On finit par rebrousser chemin, le retour est toujours aussi sympa que l’aller. 4 bonnes heures plus tard, nous voilĂ  de retour au bus a cĂ´tĂ© duquel notre repas nous attend. On arrive juste avant la pluie, timing parfait.

De retour a San Ignacio, on rĂ©cupère en vitesse nos sac et on prend un taxi pour la frontière avec le Guatemala. On passe Ă  pied pour les formalitĂ©s du Belize (qui consistent Ă  payer 40bzd), puis celles du Guatemala (juste un tampon). Easy. On change nos derniers dollars belizĂ©ens contre des quetzals et on trouve un collectivo pour Santa Elena, plus prĂ©cisĂ©ment pour Flores. On a rĂ©servĂ© sur recommandation une chambre dans une auberge de jeunesse a Los Amigos, un tuk tuk nous y emmène. Il est 18h30 mais il fait dĂ©jĂ  nuit, la dĂ©couverte de la ville sera pour demain. On s’attaque a la dĂ©couverte de l’hostal, oĂą un joli jardin intĂ©rieur abrite un lapin, des chiens, des chats, des tortues… On y retrouve des gens qu’on a rencontrĂ© a Caye Caulker, on tchatche avec un israĂ©lien et on part pour rĂ©server notre tour pour le lendemain a Tikal.

Un commentaire sur “🇧🇿 J181 et 182 : ATM cave Ă  San Ignacio, l’aventure digne d’Indiana Jones

  1. Effectivement l’ecriture nous emporte à un rythme digne d’Indiana Jones ! J’adore le récit de vos aventures et je suis bien contente que vous ayez repris le blog.

Laisser un commentaire