🇹🇮 J248 Ă  250 : JardĂ­n, le village paisible oĂč l’on aimerait rester toute la vie

Ce matin Ă  MedellĂ­n, on se bouge un peu pour choper notre bus direction JardĂ­n. Sur le principe, c’est plutĂŽt simple ; sur le papier, on se trompe de terminal et on finit par partir Ă  14h… C’est ratĂ© pour dĂ©couvrir la ville aujourd’hui, nous aurons la surprise demain. Le bus est assez rude, et prend finalement 5h pour arriver Ă  bon port.

Nous nous installons et filons manger au resto d’en face, « bon appĂ©tit », qui n’a rien de français mais qui nous ravira avec un bon plat de pĂątes. Petit avant goĂ»t de l’endroit, nous avons la chance de dĂ©couvrir l’Ă©glise de la place principale toute Ă©clairĂ©e pour NoĂ«l !

Le lendemain, bonne surprise au rĂ©veil : l’endroit est ultra mignon. La place est entourĂ©e de bars oĂč tout le village se retrouve Ă  n’importe quelle heure de la journĂ©e pour boire un « tinto » (un cafĂ© quoi) dans des petites tasses de porcelaine Ă  fleurs. Les messieurs ont des chemises et des chapeaux de cowboys, les chiens errants sont les plus beaux et les plus dodus de toute l’histoire, tout le monde a la banane, te dit bonjour, les maisons sont jolies, colorĂ©es, et on trouve mĂȘme un endroit excellent pour petit dĂ©jeuner. Autant vous dire qu’Ă  peine aprĂšs avoir traversĂ© la place du village, on avait dĂ©jĂ  dĂ©cidĂ© de prolonger notre sĂ©jour ici.

View this post on Instagram

Day 249 – JardĂ­n đŸ€ 

A post shared by marg0o (@marg0o) on

Plein d’activitĂ©s sont disponibles, mais les quelques balades possibles aux alentours nous suffiront largement. Nous nous mettons donc en route pour aller dans un premier temps jusqu’au mirador du christ, puis jusqu’Ă  la cascade Escalera. A peine partis, une jeune chienne pleine d’Ă©nergie dĂ©cide de nous accompagner. Elle hĂ©ritera du nom de Salsicha (saucisse en espagnol. Ça lui allait si bien !) et nous ouvre la route pour toute la balade. Dans la thĂ©orie, on peut aller au christ en tĂ©lĂ©phĂ©rique. Dans la pratique, il est hors service depuis 2 ans, alors on prendra nos petits pieds.

ArrivĂ©s en haut, on y dĂ©couvre un beau restaurant, mais qui ne doit plus accueillir grand monde depuis que le tĂ©lĂ©phĂ©rique a rendu l’Ăąme… On nous propose a boire, des jus frais, avec vue sur JardĂ­n, on saute sur l’occasion et c’Ă©tait un des meilleurs jus du voyage ! En route pour la cascade, Salsicha ne nous lĂąche pas d’une semelle. Nous passons entre les quelques jolies maisons qui bordent le chemin, les champs, les bananiers… La promenade est trĂšs agrĂ©able, un peu d’air pur aprĂšs 4 jours de pollution Ă  MedellĂ­n fait le plus grand bien !

On arrive Ă  la cascade, trĂšs jolie, puis nous dĂ©cidons de faire une boucle pour retourner Ă  JardĂ­n plutĂŽt que de rebrousser chemin. Il suffit « juste » de passer un petit pont et de traverser un champ, cool ! Ultra boueux et parsemĂ© de bouses de vaches (je mets Ă©videmment le pied dedans), moins cool. Mais ça fait partie du folklore et on rattrape vite un chemin convenable. Une fois de retour Ă  JardĂ­n, nous nous offrons une petite pause sur cette place centrale si mignonne. Salsicha est toujours lĂ , essaye d’esquiver tous les chiens du quartier qui lui font la cour, mais reste avec nous.

Puis nous dĂ©cidons d’aller dans un petit parc pour voir les oiseaux Ă  tĂȘte rouge, qui s’y retrouvent systĂ©matiquement en fin d’aprĂšs midi. La propriĂ©taire nous accueille et nous voyant intĂ©ressĂ©s, nous explique plein de choses sur ces oiseaux, qui viennent en fait ici Ă  l’abri des prĂ©dateurs tous les jours Ă  la mĂȘme heure pour dĂ©terminer les mĂąles dominants. Salsicha pendant ce temps lĂ  en profite pour nous rejoindre, et ne rĂ©siste pas Ă  la tentation d’aller chasser les oiseaux du parc, la vilaine !

Au moment de partir, la propriĂ©taire nous fait la morale « vous l’avez nourri cette chienne ? Elle vous a suivi toute la journĂ©e, vous lui devez bien ça ! » alors lĂ , c’est vraiment la premiĂšre fois qu’on nous dit ça ! On l’aime tellement notre petite Salsicha, qu’on part faire le tour des boucheries pour lui acheter de quoi manger. Puis on s’installe sur la place un peu Ă  l’Ă©cart des autres chiens, et pendant que nous nous faisons un petit goĂ»ter, elle profite de son festin. Vincent part faire quelques photos de la cathĂ©drale, et lĂ , c’est le drame: nous perdons Salsicha.

C’est le moment pour nous de retourner Ă  l’hĂŽtel pour essayer de planifier la suite du voyage. Mais avec ce WiFi en carton, on laisse tomber et on part plutĂŽt manger au cafĂ© Europa de bonnes pizzas. Nous y retrouvons Jonathan, un belge qui Ă©tait dans notre auberge Ă  MedellĂ­n, l’occasion de discuter de nos voyages. De retour Ă  l’hĂŽtel, on se penche sĂ©rieusement sur le voyage et les billets d’avion Ă  se procurer. Au programme Ă  venir, Amazonie, chutes d’iguazu, Buenos Aires et la Patagonie!

View this post on Instagram

Day 250 – JardĂ­n 🍃

A post shared by marg0o (@marg0o) on

Le lendemain matin, nous essayons en vain de fignoler notre itinĂ©raire. Bon, si JardĂ­n avait 1 dĂ©faut, sans hĂ©siter ça serait le WiFi. Une fois nos histoires rĂ©glĂ©es, nous partons faire une promenade de l’autre cĂŽtĂ© de la vallĂ©e, et empruntons pour l’occasion l’attraction du village : la Garrucha. Ce vieux tĂ©lĂ©phĂ©rique permet de traverser la vallĂ©e pour 4000 pesos (1 euro), et se prend plus pour l’anecdote que pour l’utilitĂ©, mais cela nous amuse beaucoup. Une fois de l’autre cĂŽtĂ©, aprĂšs avoir profitĂ© de la vue, nous entamons notre promenade sur le chemin de campagne, trĂšs mignon.

Nous rencontrons en route Aline et Valentin, un couple de français qui voyage aussi depuis un moment. Nous nous retrouverons le soir mĂȘme pour boire un coup et pour un petit resto, aprĂšs que Vincent soit passĂ© par la case coiffeur. Je suis presque déçue qu’il ne soit pas sorti avec une coupe mulet, au vu du style capillaire colombien c’est un miracle qu’il soit bien coiffĂ© !

Le lendemain, nous repartons presque Ă  contre cƓur de JardĂ­n, direction Salento pour un trek de 3 jours dans Los Nevados…

2 commentaires sur “🇹🇮 J248 Ă  250 : JardĂ­n, le village paisible oĂč l’on aimerait rester toute la vie

  1. Si c’était possible je dirais que j’ai encore plus adorĂ© cet Ă©pisode que d’habitude ! Effectivement ça donne carrĂ©ment envie de venir se poser un moment Ă  Jardin…
    Merci encore pour cette dose de bonne humeur vitaminĂ©e bien utile pour affronter le froid et l’hiver !

Laisser un commentaire