🇨🇷 J9 : Santa Élena et Carara

Petit dej de champions, on commence Ă  s’habituer ! Le retour en France en mode cafĂ© lait cĂ©rĂ©ales risque d’ĂŞtre douloureux.On dĂ©colle tĂ´t pour l’ouverture du parc, cette fois ci on est bien dĂ©cidĂ©s Ă  voir des animaux et surtout un quetzal !

La rĂ©serve est sensiblement similaire Ă  celle de Monteverde, les Ă©cosystèmes sont assez similaires. On ouvre grands nos yeux et nos oreilles, mais ça s’annonce comme Monteverde malgrĂ© les conseils des gardes forestiers. On arpentera tout le parc dans la matinĂ©e Ă  bon rythme mais on repartira quand mĂŞme bredouilles.

Petite pause repas dans Santa Elena Ă  l’Orchid Coffee oĂą mangera sandwichs Ă©laborĂ©s au saumon, cream cheese et compagnie, puis un cheese cake au beurre de cacahuètes et amandes, miam ! Pas franchement typique mais on s’est rĂ©galĂ©s. 


On décolle enfin pour Carara, petite réserve avec des zones climatiques sèches et humides qui lui confèrent une belle diversité en terme de faune.

Le parc est sur la route pour celui de Manuel Antonio ce qui nous permettra de couper un peu le temps de trajet.

En chemin, on passe sur le pont Rio Tarcoles, appelĂ© aussi le pont aux crocodiles. Spectacle assurĂ© par les colosses en contrebas! Tous le monde s’arrĂŞte au bout de ce pont hyper frĂ©quentĂ© pour aller voir le show (nous les premiers). SĂ©ance photo terminĂ©e, on se remet en route pour Carara 5km plus loin. Malheureusement, on arrive trop tard pour entrer dans le parc. Déçus, on rebrousse chemin, quand Vincent trouve une alternative sympa dans le Lonely planet: un chemin gratuit et ouvert Ă  600m du pont.

On se gare devant le resto du coin et on dĂ©colle, quand soudain, on voit des badauds de l’autre cĂ´tĂ© de la route le nez en l’air. Et si on a bien retenu une chose au Costa Rica, c’est qu’il faut toujours regarder au mĂŞme endroit: des aras rouges splendides en train de venir chercher un encas dans un Ă©norme arbre fruitier. Le sourire revient: c’est la seule zone gĂ©ographique du Costa Rica oĂą l’on peut espĂ©rer les apercevoir !

Après ce beau spectacle, on file sur le chemin avant que la nuit tombe. Et la c’est un florilège: agoutis, vol d’aras, biche, grosses poules noires en tous genres et surtout nuĂ©e de singes capucins intriguĂ©s par notre prĂ©sence. 

On rebrousse chemin avant la nuit tombĂ©e, ça grouille et j’avoue que je ne suis pas très rassurĂ©e. 

Direction Manuel Antonio, plus petit parc national du pays mais aussi le plus rĂ©putĂ©. On arrive dans une guest house toute neuve un peu Ă  l’Ă©cart du centre ville et on sera accueillis par un couple super sympa, ravis de nous donner des conseils sur les choses Ă  faire dans le coin. 

Et cette fois ci, on les aura eus nos serviettes pliées en forme de cygne !

Laisser un commentaire