🇨🇺 J161 & 162 : Playa Larga, plongée et lobster sur la plage

Dernier petit-dèj de champion, on remercie Raoul et nous voilĂ  partis en bus pour Playa Larga. Cette fois ci, le bus est lĂ  et le trajet se dĂ©roule sans encombre. ArrivĂ©s Ă  notre casa Gran Cañon et accueillis chaleureusement (il semblerait que ce soit une specialitĂ© cubaine), notre hĂ´te se dĂ©mène pour nous trouver un moyen de plonger dans le coin le lendemain et de choper un taxi dans l’après midi pour Viñales, et c’est pas la porte Ă  cĂ´tĂ©. Une fois l’histoire rĂ©glĂ©e, je m’en vais dĂ©couvrir la plage qui se trouve Ă  deux pas pendant que Vincent se repose. L’eau est marron, pas très sexy, mais c’est dĂ» apparemment aux mangroves environnantes. Toujours est il que je n’ai pas vraiment envie de me baigner mais plutĂ´t de glandouiller sur un transat (je trouve un magazine de fille datĂ© de 6 mois dans la casa, j’avais bien envie de le feuilleter).

Je file rĂ©veiller Vincent et on se dirige vers le premier resto de plage oĂą Anael notre cher serveur m’avait gentiment abordĂ© pour me proposer un transat. Pour une fois qu’on ne m’avait pas sautĂ© dessus en criant « hey my friend », j’avoue que c’Ă©tait le seul endroit oĂą j’avais envie de retourner. Et on ne s’y est pas trompĂ©s : il nous prĂ©pare de supers cocktails, et nous propose une langouste + cocktail pour 15cuc… Comment refuser ? C’Ă©tait juste dĂ©licieux. 2 queues de langouste chacun, en sauce et Ă  la plancha… notre meilleur repas Ă  Cuba, peut ĂŞtre mĂŞme depuis le dĂ©but du voyage !

View this post on Instagram

Day 159 & 160 – Playa larga & đźš–

A post shared by marg0o (@marg0o) on

Le lendemain, après un petit dĂ©jeuner royal, (on m’avait dit que j’allais perdre du poids Ă  Cuba, j’attends toujours) le taxi nous rĂ©cupère et nous emmène au centre de plongĂ©e du coin oĂą l’on s’Ă©quipe. Le matĂ©riel n’est pas tout jeune, cuban style ! On se retrouve avec un argentin qui a l’air aguerri et plutĂ´t confiant, je me dis que ça va bien se passer, Vincent me rassure et on roule dans notre voiture des annĂ©es 50 vers le premier spot de plongĂ©e, Punta Perdiz. L’avantage c’est que les sites de plongĂ©e se trouvent près du bord, pas besoin de bateau et tant mieux car on ne risquait pas d’aller bien loin avec les pĂ©nuries d’essence… La plongĂ©e est facile, le fond descend doucement ce qui nous permet de dĂ©couvrir les coraux impressionnants et les milliers de poissons qui nous entourent. On aura mĂŞme le droit Ă  une Ă©pave ! Ça ne vaut pas Cozumel, mais la visibilitĂ© est incroyable et les poissons ne sont pas farouches, ils nagent mĂŞme avec nous.

Pour la deuxième plongĂ©e, on va Ă  El Tanque, site très sympa avec un mur de corail et une nouvelle Ă©pave. Cette fois ci on plongĂ© un peu plus profond, 22m, ce qui nous permet de voir une faune diffĂ©rente, on en prend plein les yeux. Puis c’est le moment de rentrer Ă  la casa.

MarquĂ©s par l’expĂ©rience de la veille, on retourne manger une langouste mais cette fois ci elle met du temps Ă  arriver, ce qui nous fera un peu courir pour choper notre taxi direction Viñales. Papo nous attend Ă  cĂ´tĂ© de sa Chevrolet verte de 1952, charge nos affaires comme il peut dans le coffre avec celles des 3 allemands qui nous accompagnent (oui, on est 6 et ça rentre dans les vieilles voitures)! On s’assied donc sur la banquette avant et je parle avec Pabo pendant tout le trajet des voitures, de la vie Ă  Cuba… Il n’a que 2 ans de plus que sa voiture, pour la petite anecdote !

ArrivĂ©s Ă  la Havane, on change de de taxi, au dĂ©but avec regrets (oui, j’aimais bien Papo) pour une autre superbe Buick de 1956, violette. On fait donc la connaissance de Javier, notre nouveau chauffeur, plus jeune, qui nous explique que sa voiture c’est un cadeau de la famille ! Elle est entièrement refaite de l’intĂ©rieur, il ne reste plus que la carcasse d’origine. Pour ceux qui ne le savent pas, il est très difficile pour un cubain de se procurer une nouvelle voiture de par le prix, mais aussi Ă  cause de l’embargo amĂ©ricain. Alors ici quand on a une voiture, on la chouchoute et on en fait du business.

Javier nous amène donc Ă  bon port Ă  viñales, de nuit, et on prendra son contact pour notre retour jusqu’Ă  la Havane. ArrivĂ©s Ă  notre casa, nous sommes accueillis par Yamilka notre hĂ´te, qui sera sans conteste ma casa prĂ©fĂ©rĂ©e du sĂ©jour ! Elle nous propose une excursion que l’on booke dans l’instant, une promenade de 4h Ă  cheval pour le lendemain. On file se restaurer en ville, en quĂŞte de WiFi, puis de retour dans notre nouveau chez-nous pour les 3 jours Ă  venir, on s’Ă©croule de fatigue.

Laisser un commentaire