đŸ‡ČđŸ‡œ J174 Ă  176 : Bacalar, du kayak dans la lagune aux 7 couleurs

C’est dĂ©cidĂ©, Ă  Bacalar on se la coule douce. Apparemment, il n’y a pas grand chose Ă  faire de plus de toute façon ! Alors on en profite, on traĂźne au lit et on croise nos hĂŽtes qui nous signalent que le petit dej fruits frais-yaourt-granola nous attends. Dans ce rythme de nourriture mexicaine, des fruits, ça fait du bien !!

AprĂšs ce rĂ©veil fraĂźcheur, nous voilĂ  partis Ă  la dĂ©couverte de la lagune de Bacalar, connue Ă©galement sous le nom de lagune aux 7 couleurs. Pas de bol, aujourd’hui il fait un peu gris. La flemme prenant possession de nous, on s’arrĂȘte au premier resto bord de lagune : la Playita (aprĂšs un petit check sur Google maps pour ĂȘtre sĂ»r que c’est bien). Effectivement l’endroit est top : vue sur la lagune, ponton pour se baigner, plusieurs spots pour s’installer… On ne se fait pas prier et on s’installe sur une table en face de l’eau. On remarque juste Ă  cĂŽtĂ© de quoi louer des kayaks : on nĂ©gocie une sortie pour le lendemain au lever du jour, 4h de tour guidĂ©, Ă  300 pesos chacun. Bien moins cher et plus Ă©cologique que les tours en bateau ! Le temps se couvre de plus en plus, ce qui fait fuir le gang de Barbies Ă©chouĂ©es sur le ponton. On en profite, c’est le moment parfait pour aller se baigner. L’eau est chaude, turquoise, on est tranquille, c’est le pied !

Puis l’orage s’invite Ă  la fĂȘte… OK, on va se mettre Ă  l’abri. Ça n’a pas l’air de vouloir s’arrĂȘter, ça sera donc l’occasion de reprendre le blog laissĂ© Ă  l’abandon ! On y traĂźnera jusqu’au repas du soir ou l’ambiance tamisĂ©e est diffĂ©rente mais toujours aussi profitable. Mention spĂ©ciale pour la playlist, agrĂ©able et adaptĂ©e au lieu. Ça nous change de l’ambiance reggaeton gringo, ça fait du bien!

View this post on Instagram

Day 174 to 176 – Bacalar ☁

A post shared by marg0o (@marg0o) on

Debout aux aurores donc (et mĂȘme avant) pour retrouver Chui, notre guide pour la matinĂ©e. Il fait encore nuit lorsqu’on se met l’eau, c’est parti pour traverser la lagune direction le canal des pirates. Comme son snom l’indique, il Ă©tait empruntĂ© par les pirates pour relier Bacalar Ă  la mer. Le soleil se leve doucement derriĂšre les nuages, ce qui nous laisse profiter de la couleur turquoise de l’embouchure du canal. On se rafraĂźchit, puis on se laisse porter par le courant pour atteindre la deuxiĂšme lagune, Mariscal. Ici, on y verra des stromatolites, des pierres vivantes essentielles Ă  l’Ă©cosystĂšme de la lagune et trĂšs protĂ©gĂ©es. D’ailleurs, cet endroit n’est accessible qu’en kayak, dĂ©solĂ© les bateaux !

Petite pause sur la berge et c’est le moment de « l’exfoliation maya », avec le sable de la plage qui sent le souffre Ă  plein nez. On reste un peu sceptiques quand aux propriĂ©tĂ©s de ce sable mais le moment est amusant et on se prend au jeu. De retour vers la premiĂšre lagune, on s’arrĂȘte prĂšs de la mangrove pour un peu de snorkel histoire d’observer les poissons vivants dans la lagune.

On pagaye Ă  bonne allure, Chui nous propose donc d’aller jusqu’Ă  un cenote puisqu’on Ă  la temps et l’Ă©nergie. Les nuances de bleu sont bien perceptibles malgrĂ© le manque de soleil, on en prend quand mĂȘme plein les yeux. ArrivĂ©s au cenote Negra, on se rend compte qu’il est en fait sous l’eau. La lagune Ă©tant cristalline, on voit trĂšs clairement le gouffre du cenote qui s’enfonce jusqu’Ă  plus de 300m d’aprĂšs notre guide (on n’est pas allĂ©s vĂ©rifier, hein). C’est trĂšs joli, on profite du spectacle en en faisant le tour Ă  bord de notre kayak 2 places. De retour vers la lagune, notre guide nous propose une pause bien mĂ©ritĂ©e sur un ponton de la lagune. Vincent fait un petit sieston pendant que je discute dans un espagnol approximatif avec Chui.

AprĂšs finalement 4h30 de tour, on revient sur le rivage. On remercie Chui, qui m’offre un petit bracelet que je m’empresse d’attacher Ă  la cheville (Vincent se moque bien de moi, « ça y est, t’es une pieds-nus ! ») puis on va se faire un petit dĂ©jeuner trouvĂ© au dĂ©tour d’une rue, chez Ixchel, simple et pas cher. On rentre Ă  la casa puis on passera notre aprĂšs midi Ă  s’occuper du voyage…

Le lendemain, il fait (encore) gris. Oh non, on va ĂȘtre (encore) obligĂ©s de glandouiller ! AprĂšs 5 mois de voyage, parfois on est heureux de ne pas avoir le choix que de rien faire. On retourne se caler Ă  la Playita, d’oĂč j’Ă©cris ces quelques lignes.

A 18h, direction Chetumal pour notre derniĂšre Ă©tape mexicaine : le lendemain nous irons au site maya de Calakmul, en pleine jungle, et le surlendemain c’est parti pour le Belize en bateau!

Laisser un commentaire